ESCT

Deutschland online bookmaker http://artbetting.de/bet365/ 100% Bonus.

ABE Initiative

What is ABE Initiative?

African Business Education Initiative for Youth. This program offers opportunities for young and eligible African men and women to study at Master's courses in Japanese universities as international students and to experience internships at Japanese enterprises in order to develop effective skills and knowledge in various fields for contributing the development of industries in Africa. At the 5th Tokyo International Conference on African Development (TICAD V), it is recognized that there is a need for human resource development in both private and public sectors of Africa in order to cultivate a strong human network between Japan and Africa. The recommendation also mentioned the significance of increasing the number of African people visiting Japan, as well as increasing awareness among Africans regarding the efficiency of Japanese technologies and systems of enterprises. The ABE Initiative was launched based on this recommendation.

TICAD V

Expected Participants

Following three (3) types of personnel are expected as Participants;

1 Persons from the Private Sector Young individuals who are or will be involved in economic activities in the local private sector maintaining and developing strong ties with Japanese companies.
2 Governmental Officials Young officials, such as civil servants, who take part in governance and policy-making in order to enhance industries to whose development Japanese companies can contribute.
3 Educators Young individuals who are responsible for educating in Higher Education and TVET (Technical and Vocational Education and Training) institutions in Africa, in order to enhance capacity building in related industries.

Eligibility of Applicants

Followings are basic eligibility requirements written in General Information as guidance.
For making sure, please refer to JICA office in your country for details.

1 Nationality Citizens of one of the 54 African countries
2 Age Between 22 and 39 years old (as of April 1st in the year of your arrival in Japan)
3 Degree A bachelor's degree holder
4 Job experience

At least 6 months working experience at their current organization -Permission from their current organization to apply

5 English ability Have adequate English proficiency, both in written and oral communication (IELTS score of over 5.5 is preferred)
6 Clear understanding 
of the objective of 
this Program
Clearly understand the objective of this program and have a strong will to contribute to the industrial development of their country while broadening and strengthening the linkage between their country and Japan
7 No other scholarship programs Not currently applying or planning to apply to scholarship programs offered by other organizations
8 Health condition Have good health condition, both physically and mentally, to complete the program
9 Other Not Military personnel

Number of Participants & Durations

Participants will be selected and dispatched to Japan in 4 batches and the number of participants for each batch is planned as follows.

1st batch arrival in Japan in 2014 150 participants from 8 countries
       Republic of Kenya, United Republic of Tanzania,
       Republic of Mozambique, Republic of South Africa
       Republic of the Sudan, Republic of Cote d'Ivoire
       Federal Democratic Republic of Ethiopia, Republic of Rwanda
2nd batch arrival in Japan in 2015 350 participants from 54 African countries
3rd batch arrival in Japan in 2016 300 participants from 54 African countries
4th batch arrival in Japan in 2017 100 participants from 54 African countries
Total   900 participants from 54 African countries

It is expected that the duration of stay in Japan will be a maximum of 3 years.

2ème Journée pour Doctorants Modélisation et Analyse Statistique et Economique 16 NOVEMBRE 2016: Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts, Beit Al Hikma

2016 06 07 essai 

  • La deuxième Journée pour Doctorants MASE aura lieu le mercredi 16 novembre 2016 à Beït Al Hikma(Carthage,Tunisie). Les soumissions peuvent se faire dans tous les domaines de la Statistique,de la Finance et de l'Economie... Lire ici
  • Télécharger ici la fiche de soumission.

1st International Confernce, Creative Digital Economy, Hammamet, 06 and 07 May 2016

 2016 05 03 12016 05 03 12016 05 03 12016 05 03 1

The aim of this workshop is to discuss the analytical foundations and theempirical evidence of the impacts of recent ICT developments on innovation


and (the innovation activities) of the firms. While most studies in the early 2000 focused on the immediate impact of ICT in terms of productivity and output, there is a new and emerging literature examining how new ICT generations are fostering innovation and improving firm’ performance.

Disruptive technologies such as broadband, mobile Internet, 3D Printing, and Cloud Computing (CC) have been shown to have deep impacts on innovation.

They are allowing firms to provide enhanced existing products and services, introduce new services and products, and explore new production models. For example, CC and 3D printing technologies are transforming the industrial production paradigm, and a new organizational production model is allowing EC firms to benefit. Several studies examine the relationship between broadband adoption and innovation, but works on the link between innovation and new ICTs are rather scarce.

This workshop aims to discuss analytical and empirical works looking at how the latest ICT developments are affecting firms’ innovation activity. The Workshop targets scholars, businesses from all fields, policy-makers and task-managers from international organizations. It seeks to provide evidence that ICTs are increasing innovation activities in firms in recent years.

Publications opportunities:

? Innovations

? Journal of innovation in Digital Ecosystems

? Revue d’Economie Industrielle

Other special issues with ranked journal are under discussion

icopdf Download Program

colloque sur « Le numérique : un outil puissant au service des Objectifs de Développement Durable : Accès à l’emploi pour tous »

2016 05 23 coloq 

L’objectif de ce colloque est de sensibiliser des représentants des secteurs privé et public, et société civile à la promotion du développement durable par le biais d’un partenariat constructif entre eux et la création d’un environnement favorable, et de sensibiliser ces acteurs sur les défis et challenges de l’Agenda 2030 pour la réalisation des objectifs de développement durable et sur les solutions innovantes pour la mise en œuvre de la feuille de route au niveau national.

C’est aussi une occasion pour créer des plateformes de débat ( living lab) dans les régions (les cyberparcs) sur le rôle de la société civile dans la mise en œuvre de l’agenda de développement durable 2030 d’une part et le role des TIC en tant que catalyseur pour le renforcement des trois piliers du développement durable que sont la croissance économique, l’intégration sociale et la protection de l’environnement, et l’accomplissement de chacun des 17 objectifs de développement durable.

Conférence "villes durables : enjeux économiques et sociétaux" le 03 mai 2016

L’Université de Carthage et la Fondation FOCCUS
Organisent la conférence
« Villes durables : enjeux économiques et sociétaux »
Le 3 mai 2016 à Hôtel Ramada Plaza Gammarth


Présentation
Selon l’Organisation des Nations Unies (World Urbanisation Prospects, 2014), les villes abritent aujourd'hui plus de 50% de la population mondiale, une proportion qui devrait passer à plus de 75% d'ici 2050. Bien que n'occupant que 4% de la surface terrestre, elles consomment 60 à 80% de l'énergie mondiale, 75% des ressources naturelles et
génèrent 75% des émissions de C02.
Selon le dernier rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur le Climat (GIEC, 2014), le bâtiment est à 1'origine de 32% de la demande énergétique mondiale et de 51% de la demande en électricité. Le secteur dans son ensemble consommerait annuellement plus de 3 milliards de tonnes de matières premières et 12% de l'eau potable, tandis que la construction, rénovation et démolition généreraient plus de 40% des déchets solides dans les pays développés. Sous l'effet combiné de la croissance démographique et d'une urbanisation massive, ces chiffres pourraient atteindre des proportions bien plus importantes dans les années à venir, particulièrement en Afrique où la population urbaine pourrait être multipliée par trois d'ici 2050.
La question des bâtiments et des villes durables constitue un enjeu majeur de l'Agenda International et la thématique de l'environnement construit a occupé une place capitale dans la feuille de route de la COP 21 à Paris en décembre 2015. A ce titre, le rapport « Stern review » (2006) recommande de prendre des mesures préventives aux défis climatiques dès maintenant. Il démontre grâce à une analyse coût - bénéfice que l’inaction a un coût particulièrement important.
Mais, outre les défis climatiques à venir, les enjeux économiques et sociétaux se sont révélés ces derniers temps, comme des défis majeurs et urgents à solutionner. En Tunisie, le déséquilibre régional entre, d’une part, les territoires frontaliers et les quartiers populaires en périphérie des grandes villes, et d’autre part, les villes littorales et balnéaires plus prospères, a fait le terreau du chômage des jeunes, de l’économie parallèle, de la contrebande et du terrorisme.
L’actualité et les événements nous rappellent à chaque annonce que la jeunesse est désœuvrée et marginalisée et que son avenir est incertain. Une frange de plus en plus large de la jeunesse dérive vers l’extrémisme ou la délinquance, lorsqu’elle ne tente pas l’immigration clandestine.
Le concept de villes durables n’est pas nouveau en soi. Il permet de contribuer à une gouvernance plus intégrée et plus participative du développement et de l’aménagement urbain. Il s’agit de repenser collectivement la ville par rapport à son potentiel humain, son environnement naturel et construit, et selon une approche plus économique, plus inclusive et plus participative de la population. La ville, tout comme la médina autrefois, doit retrouver ses fonctionnalités urbaines et sociétales, sa structuration spatiale réfléchie, ainsi que son dynamisme économique et la préservation de l’environnement.
Environ 2/3 de la population tunisienne est urbaine et 1/4 réside dans le Grand Tunis. L’économie circulaire ou l’économie numérique sont des atouts certains pour un développement durable des espaces urbains et périurbains. 
Sachant également que le quart des chômeurs est diplômé du supérieur, les gisements d’emplois sont potentiellement liés à ce nouveau paradigme de « villes durables », que ce soit dans le bâtiment, agriculture périurbaine, l’infrastructure, les transports, l’énergie, l’environnement, mais également dans les activités tertiaires et de service, ainsi que dans l’éducation, la culture et le sport.
Avec la volonté des pouvoirs publiques d’agir pour développer et requalifier les espaces urbains, et pour valoriser les potentialités et aptitudes des populations, particulièrement celles des jeunes diplômés, des professionnels et de la main d’œuvre associés, il s’agira de remettre la ville au diapason des enjeux économiques, environnementaux et sociétaux contemporains. 
C’est dans ce cadre que l’université de Carthage et la Fondation de Carthage Culture et Science (FOCCUS)  organisent la conférence « Villes durables : enjeux économiques et sociétaux , la journée étant subdivisée en deux temps : la matinée étant appelée à accueillir quatre conférenciers et des discussions et l’après midi un panel pour débattre du thème : quels projets de villes durables ?

Lire plus : Présentation et Programme

Download Template Joomla 3.0 free theme.